613 737-4337

 

Utilisation résidentielle

shadow

CODE NATIONAL DU BÂTIMENT DU CANADA (CNBC) 2010
EXIGENCES RELATIVES AU BOIS TRAITÉ

Exigences pour les maisons et petits
bâtiments (partie 9)

Les exigences s’appliquent là où du bois risquant de subir une attaque fongique ou une infestation de termites est
utilisé dans :

  • les murs, planchers et toits;
  • les balcons, terrasses et autres plateformes extérieures accessibles destinées à l’occupation;
  • les fondations en bois traité;
  • les murs de soutènement ou caissons à claire-voie supportant un sol essentiel à la stabilité de la fondation, et les murs de soutènement ou caissons à claire-voie d’une hauteur supérieure à 1,2 m (4 pi).

A) Exigences en matière de traitement de la partie 9 pour les bâtiments situés dans des localités où l’on trouve des termites :

  1. Un traitement de préservation est nécessaire pour les éléments en bois situés à moins de 450 mm (18 po) du sol.
  2. Un traitement de préservation est nécessaire là où : 1) les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et les côtés de la structure supportant les dits éléments ne sont pas tous visibles ou 2) les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et des barrières n’ont pas été installées pour empêcher le passage des termites.
    (Un traitement de préservation n’est pas nécessaire là où : 1) les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et les éléments de support sont exposés ou 2) les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et des barrières ont été installées pour empêcher le passage des termites.)
  1. Parmi les lieux où l’on trouve des termites, mentionnons l’île de Vancouver, les régions méridionales de la partie continentale de la Colombie-Britannique, le Sud-Est de l’Alberta, le Sud du Manitoba et le Sud de l’Ontario.

B) Exigences en matière de traitement de la partie 9 pour les éléments en bois situés au niveau du sol
ou près de celui :

  1. Un traitement de préservation est nécessaire pour le bois en contact avec le sol.
  2. Sauf dans le cas d’exemption indiqué ci-dessous, un traitement de préservation est nécessaire pour les éléments en bois se trouvant au niveau du sol ou sous celui-ci et qui pénètrent dans la maçonnerie ou le béton.
    (Exemption – un traitement de préservation n’est pas nécessaire aux endroits où un vide d’air de 12 mm (1/2 po) est prévu à l’extrémité et sur les côtés de l’élément en bois.)
  3. Sauf dans le cas d’exemption indiqué ci-dessous, un traitement de préservation est nécessaire pour les éléments en bois se trouvant à moins de 150 mm (6 po) du sol.
  4. (Exemption – un traitement de préservation n’est pas nécessaire aux endroits où l’élément en bois est supporté sur du béton et isolé de ce dernier au moyen d’une pellicule de polyéthylène, d’un matériau à couverture en rouleau ou de matériaux d’anchoité équivalents.)
 

C) Exigences de traitement pour les éléments en bois qui ne sont pas protégés contre l’exposition aux précipitations :

  • Un traitement de préservation est nécessaire là où l’indice d’humidité est supérieur à 1,00 et la configuration est favorable au pourrissement.
    (Veuillez noter que l’annexe du CNB décrit des configurations qui favorisent le pourrissement. « Il existe de nombreux systèmes de bois structurels hors sol qui retiennent facilement les précipitations ou s’assèchent lentement, ce qui crée des conditions favorables au pourrissement. Les poutres se prolongeant au-delà des platelages de toit, les joints entre des éléments de terrasse et les raccords entre les garde-corps de balcon et les murs sont trois exemples d’éléments pouvant donner lieu à une accumulation d’eau lorsqu’ils sont exposés aux précipitations s’ils ne sont pas conçus pour en permettre l’évacuation. »)

Parmi les endroits où l’indice d’humidité est supérieur à 1,00, mentionnons la région côtière de la Colombie-Britannique, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve et quelques régions au Québec. Il existe très peu d’endroits en Ontario où l’indice d’humidité est supérieur à 1,00, et la province n’a pas adopté les exigences relatives au traitement pour les éléments en bois qui ne sont pas protégés contre l’exposition aux précipitations

Exigences structurelles pour les grands
bâtiments (partie 4)

A) Les exigences relatives au traitement pour les bâtiments situés dans des localités où l’on trouve des termites font référence aux exigences de la partie 9 :

  1. Un traitement de préservation est nécessaire pour les éléments en bois situés à moins de 450 mm (18 po) du sol.
  2. Un traitement de préservation est nécessaire là où :
  • les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et les côtés de la structure supportant lesdits éléments ne sont pas tous visibles;
  • les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et des barrières n’ont pas été installées pour empêcher le passage des termites.
    (Un traitement de préservation n’est pas nécessaire là où : 1) les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et les éléments de support sont exposés ou 2) les éléments en bois se trouvent à 450 mm (18 po) ou plus au-dessus du sol et des barrières ont été installées pour empêcher le passage des termites.)
  • B) Exigences en matière de traitement de la partie 4 pour le bois utilisé dans les fondations :

    1. Un traitement de préservation est nécessaire pour les éléments de fondation en bois exposés à la terre ou à l’air au-dessus du niveau hydrostatique prévu le plus bas.

    Exigences de séparation environnementale pour les grands bâtiments (partie 5)

    A) Les matériaux utilisés dans les éléments et ensembles de construction qui séparent des environnements dissemblables ou dans les ensembles exposés à l’extérieur doivent être résistants à tout mécanisme de détérioration auquel on pourrait raisonnablement s’attendre étant donné la nature, la fonction et l’exposition des matériaux et les conditions d’exposition et climatiques dans lesquelles ils seront installés.

    Il appartiendrait au concepteur responsable de la conception de l’enveloppe du bâtiment de déterminer où du bois traité s’avère nécessaire.